Filed under Divers
No Gravatar

Si vous quittez l’Europe pour des destinations plus lointaines, des pays en voie de développement, vous risquez d’attraper la tourista (ou turista) : la diarrhée du voyageur. Peu dangereuse, cette maladie se traduit par deux ou trois jours de diarrhées intenses qui peuvent s’accompagner de nausées et parfois de fièvre. Heureusement, la tourista n’est pas une fatalité. Découvrez ici comme l’éviter et, le cas échéant, la traiter.

© Sanja Gjenero

Quels sont les pays à risque pour la tourista ?

Certaines destinations sont reconnues comme « à risque » pour la tourista : l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Turquie, le Vietnam… Mais aussi plus généralement l’Amérique du Sud, le Proche-Orient ou l’Afrique sont des zones où vous êtes susceptible de contracter la tourista.

Qu’est-ce que la tourista ?

Eh oui, c’est peu ragoûtant mais c’est souvent une réalité en voyage : on change d’alimentation, de climat… On est surtout confronté à de nouvelles bactéries, des virus jamais ou rarement rencontrés et notre système digestif en prend un coup ! Résultat, vous subissez la délicate et peu agréable tourista (ou turista), la « diarrhée du voyageur » : 3 jours environ de maux de ventre et diarrhées, parfois accompagnés de nausées, vomissements et de fièvre, qui peuvent gâcher de belles vacances.
Plusieurs solutions permettent de s’en prémunir.
Ensuite, certains médicaments peuvent aider votre organisme à supporter le choc.

© Chris Gander

Etal d'un marché de Fetiyah, Turquie

Quelques règles alimentaires pour éviter la tourista

En anglais on dit : « boil it, cook it, peel it or forget » (il faut le faire bouillir, le cuir, le peler ou l’oublier). Appliquez cette maxime à la lettre.
Evitez de boire l’eau du robinet si vous êtes un pays en voie de développement. Ou faites-la bouillir avant de la consommer. Choisissez de préférence des boissons en bouteille ouvertes devant vous.
Evitez les glaçons, fabriqués à partir d’eau du robinet.
Passez-vous de crudités et ne consommez que des légumes ou fruits que vous avez vous-même épluchés.
Consommez vos viandes bien cuites, évitez les tartares et autres préparations crues.
Conseil de bon sens, valable partout : lavez-vous bien les mains au savon avant chaque repas et d’une manière générale à chaque fois que vous êtes allé aux toilettes.

Médicaments et ustensiles à emporter dans votre valise anti-tourista

Emportez un médicament anti-diarrhéique (comme Imodium ou le traitement homéopathique Diaralia des laboratoires Boiron), un pansement intestinal type Smecta, des rouleaux de papier toilette, un désinfectant pour l’eau et des sachets de réhydratation. Si la tourista vous attrape, au moins vous serez parés.
Si vous êtes adeptes des produits naturels, sachez que le charbon végétal est souverain en cas de troubles digestifs (il absorbe les bactéries et autres virus) et que la kombucha booste le système immunitaire et digestif, au même titre que le miso. Un verre d’argile en poudre par jour aide à un meilleur fonctionnement de l’ensemble du corps… mais il faut pouvoir l’avaler !
Des probiotiques testés et approuvés par les routards existent, ils tapissent les intestins et les protègent – un peu, au minimum – contre les bactéries responsables de la tourista. Leurs noms : Lactibiane et Biotravel.

Allez ! Sac au dos et bon voyage… sans troubles digestifs, bien sûr ! ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One Comment

  1. Posted 4 juillet 2011 at 7 h 53 min | Permalink

    Il est très important de faire attention à l’Apparence de la nourriture que vous mangez lorsque vous êtes en voyage, surtout si vous êtes en dehors de votre pays où vous ne savez pas la culture. Cela permet d’éviter plusieurs problèmes.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

MON PLAN DE VOYAGE

0

endroits ajoutés à

comment faire?