0

Marrakech : les bonnes adresses

Filed under Adresses gourmandes, Divers, Pratique, Ville à découvrir
No Gravatar

Boutiques, restaurants, salon de thé, palaces…. Les  adresses ne manquent à Marrakech, encore faut-il éviter les pièges à touristes !

 
Place des épices, Marrakech - Marianne Morizot

Place des épices, Marrakech – Marianne Morizot

 

Coup de cœur décor

Bienvenue dans la caverne d’Ali Baba ! Chez Mutsapha Blaoui, vous trouverez forcément votre bonheur. Dans cette immense boutique, répartie sur trois niveaux, toute la décoration marocaine et exotique. Vaisselle, tapis, lampe, meuble, statues…  ici on fait dans la qualité.
N’hésitez pas à pousser la grosse porte en bois du 142 arset aouzal, bab Doukkala. En savoir plus »

2

5 lunes de miel de rêve pour décompresser

Filed under Adresses gourmandes, Bons plans voyage
No Gravatar

La  lune de miel, c’est comme le mariage : chacun ses goûts, ses envies, ses préférences…
Certaines personnes rêvent d’un grand mariage en blanc et d’une lune de miel aussi somptueuse. D’autres préfèrent une simple cérémonie à la mairie avant un week-end de camping en pleine nature. Le pire cauchemar de ceux qui n’envisagent de vacances ailleurs que dans un complexe touristique sans charme, pas vrai ?
Et pour les autres, nous autres, on fait quoi ? Ceux d’entre nous qui n’ont pas peur de composer leur propre itinéraire ou de demander un visa si nécessaire, ceux qui veulent juste des vacances à la cool pour profiter de leur nouveau statut officiel d’époux ?

Comme on est sympa chez tripwolf, on vous partage notre top 5 des super adresses pour une lune de miel en toute décontraction. Testées et approuvées.

En ville : Udaipur (Inde)

Beaucoup disent qu’Udaipur est le ville la plus romantique d’Inde. Et il est vrai que de nombreux indiens s’y rendent pour leur lune de miel, voire s’y marient. Sans doute parce que cette ville romantique pourrait être le décor idéal d’un film de Bollywood. L’endroit central de toute l’activité romantique d’Udaipur, c’est le lac Pichola. Et chaque hôtel, chaque restaurant, chaque maison d’hôte possède une terrasse sur son toit pour profiter de la vue, magnifique. Essayez la Jheel Guesthouse pour la grande hospitalité de ses hôtes, ses balcons agréables donnant sur  le lac Pichola, son excellente cuisine maison (pensez à saluer pour moi !) et ses douches chaudes. Tout cela pour environ 38 € par nuit. Le restaurant Ambrai vous attend après une courte promenade au bord du lac. Asseyez-vous dans le jardin et prenez un verre avant de dîner littéralement sur le lac, avec une vue magnifique sur le Palais de lac. Le dîner est servi à 18h,  pensez à réserver, surtout si vous voulez une table en bord de lac. La plupart des voyageurs se contentent de traverser Udaipur. C’est une erreur, cette grande ville mérite une semaine de visites. D’autant que si cela reste l’Inde, Udaipur est belle, propre et vraiment relaxante.

 

A la montagne : Burlington, Vermont (USA)

Burlington et ses environs peuvent satisfaire ceux qui cherchent à explorer une ville, mais qui ont aussi envie de sortir dans la nature. Les chambres d’hôtes ne manquent pas, une simple recherche sur Internet en témoigne. Les randonnées les plus populaires vous entraîneront jusqu’au Camel’s Hump et au Mont Mansfield - ce sont deux très hautes  montagnes, mais même les débutants, s’ils sont en bonne forme, peuvent s’y aventurer. Ces montagnes sont visibles en permanence depuis Burlington, vous pourrez ainsi repenser avec fierté à vos exploits, une fois redescendu. Si vous aimez le golf, vous pourrez pratiquer avec vue sur les montagnes. Amateur de vin ? Partez à la découverte de la Boyden Valley et ses dégustations proposées par les viticulteurs, au pied du mont Mansfield. Plutôt fan de bière ? Rendez-vous à la très populaire brasserie Hill Farmstead. Et surtout, n’oubliez pas, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé !

 

A la montagne (bis) : Boquete (Panama)

Une destination unique, à organiser tout seul pour une lune de miel en toute quiétude, sans couples énamourés tout autour de vous !  L’occasion de passer du temps avec votre nouvel(le) époux(se), dans une maison d’hôtes en pleine jungle sur les flancs du volcan Baru. Essayez cottage Tinamou, les propriétaires pourront vous organiser une visite des plantations de café, si ça vous intéresse. Allez ensuite vous promener au Mi Jardin es Su Jardin, c’est gratuit et c’est sans doute l’un des endroits les plus romantiques du monde, à mon avis. Célébrez la beauté de la nature qui vous entoure !

 

A la plage : Patnem (Goa, Inde)

Le temps glisse entre nos doigts, sur la plage de Patnem. Vous avez peut être déjà entendu parler de Palolem, mais sans doute pas de Patnem, sa voisine tellement plus calme et discrète. Pas de vendeurs sur cette plage, pas de touristes envahissant… A Patnem, des jours entiers pourraient passer sans qu’un mot ne soit prononcé, tellement l’endroit est paisible. Comme partout en Inde, le service est très décontracté mais je suis certaine que vous ne serez pas ennuyé à l’idée de traînasser un peu dans les cafés et les restaurants sur la plage à manger des fruits en sirotant des boissons, face à la mer… pas vrai ? Et puisque c’est votre  lune de miel, faites une petite folie et réservez au Turtle Hill, un bungalow de luxe à l’extrémité nord de la plage. Pour des bungalows plus simples, essayez Cuba mais pensez à réserver à l’avance. Pour le dîner, rendez-vous chez Namaste : une vraie bonne cuisine typique de Goa, servie sur le sable. Et n’oubliez pas de vous offrir un massage en duo à l’Harmonic ou au Bhakti Kutir, entre Patnem et Palolem. Profitez…

 

A la plage (bis) : Treasure Beach (Jamaïque)

Une ville suprêmement cool sur la côte sud de la Jamaïque. Pour s’y rendre, la route est un peu longue et cahoteuse depuis Montego Bay, mais cela en vaut la peine ! Treasure Beach c’est l’endroit parfait pour découvrir la Jamaïque au calme et en toute sécurité ! Ce n’est pas une ville de fête, les touristes ici se sont installés pour un moment, la plupart du temps pour un stage de yoga. Jake est un mini complexe hautement recommandable depuis de longues années. Vous pouvez aussi réserver à la Calabash House, une maison d’hôtes qui propose des repas maison absolument délicieux et une plage sécurisée pour se baigner.

0

La navette : l’Autre spécialité marseillaise

Filed under Adresses gourmandes
No Gravatar

La bouillabaisse n’a pas le monopole de la gastronomie marseillaise. A côté de la célèbre soupe, une petite douceur, inspirée aussi de la mer, est une autre spécialité typique de la cité phocéenne. Signe distinctif : elle a la forme d’une barque et sent bon la fleur d’oranger. Son nom ? La navette !

Les navettes de Marseille – Marianne Morizot

En savoir plus »

0

E viva Napulè (vive Naples) !

Filed under Adresses gourmandes
No Gravatar

Cette semaine, Working Nomade nous emmène au sud de l’Italie, à Naples. Belle, fière, brouillone, perturbante, ringarde et formidablement charmeuse, découvrons Naples avec elle !

Naples ? Tout un carnaval !

Fière et autoritaire. Chaleureuse et bruyante. Désordonnée et chaotique. Organisée telle un Dédale. Envoutante et glaçante à la fois. On se sent dans cette ville de Naples comme un parent de la mafia. Scruté et épié par les Madone marbrées de Carrare qui peuplent chaque angle de rue. Nul besoin de se rendre à Venise pour admirer un carnaval italien. A Naples, tout y est.

Les costumes sombres et coupés sur mesure, les tenues années quatre-vingt qui pendent des fils d’araignée tendus aux balcons du quartier espagnol, les femmes grimées, la jeune génération des messieurs épilés. Un carnaval vous dis-je. Situé dans une ville qui jette ses corps et ses âmes dans la mer et observe avec méfiance et respect le volcan qui dort face à elle.

Naples est la ville des esthètes, des baroudeurs courageux, des égarés curieux, des photographes en mal d’inspiration et des gourmands affamés.

Napoli Da Attilio © Working Nomade

Napoli Da Attilio © Working Nomade

Chaque angle de rue, chaque visage buriné, le moindre instant de vie volé entre deux vieux napolitains vous donne envie de sortir votre appareil photo pour immortaliser l’authenticité des moments dont Naples est dotée.

Durant une grande partie de l’année, votre Iso sera au plus bas tellement le soleil resplendit, comme figé. Seules les ruelles étroites et tortueuses del quartiero spagnolo demanderont un peu plus d’attention et de technique photographique. Elles sont sombres et isolées. Des coupe-gorges certains diront. Une mine d’or pour vos meilleurs clichés.

Paradis des épicuriens téméraires

Et pour les épicuriens téméraires et gourmands, cette adresse est pour vous.

En savoir plus »

0

Parce qu’elle adoucit les mœurs et les journées difficiles : Music Break Londonien.

Filed under Adresses gourmandes
No Gravatar

Pour son premier billet sur tripwolf, Working Nomade nous emmène à Londres, à la découverte du restaurant Ed’s, au coeur du quartier de Soho. Ou comment vivre les golden sixties américaines après une journée harassante à la City…

Je passe ma journée à Londres. A revoir mes vieilles leçons d’anglais. A raviver « my taylor is rich ». A rencontrer de futurs clients exigeants.  Et à jeter un coup d’œil coupable à mon pense-bête “English for beginners”. Ou plutôt à le cacher pour passer inaperçue dans la cohue colorée, hétéroclite et pressée de la jungle britannique et fourmillante de Londres.

A peine descendue de l’avion, il me faut m’activer pour établir le parcours du combattant métropolitain le moins douloureux et le plus rapide qui me permettra d’optimiser les quelques heures de liberté que je m’octroierai dans la ville après une journée de travail survoltée.

Mode business-routarde activé

Ma mission : comment traverser la City et terminer ma journée de la manière la plus  funky possible ? Un métronome dans la tête et une boussole en guise de cerveau – deux outils indispensables pour bien vivre le flegme anglais et les méandres du tube – me voici parée. A Londres, il faut savoir être stratégique. En pleine génuflexion, centre de gravité trouvé, le métro s’élance et mon parcours est dessiné. Ce soir, c’est à Soho que je m’arrêterai.

Ed’s Easy Dinner, Londres © Working Nomade

Happy Days

C’est la fin de journée, vous avez envie de quitter votre costume-cravate-tailleur guindé pour votre vieux tee-shirt d’Elvis ou celui des Clashs, un peu élimé. De troquer votre paire de stiletto douze centimètres contre vos fidèles Converse usées après une journée overbookée.

En savoir plus »

1

La Salie Sud : repaire de surfeurs aquitains

Filed under Adresses gourmandes
No Gravatar

A deux pas du Bassin d’Arcachon et de ses foules familiales éprises de soleil, de vaguelettes et de sable blond, peu après la célèbre dune du Pyla escaladée chaque jour des par des files touristiques ininterrompues, à quelques kilomètres seulement du trop célèbre camping des Flots Bleus filmé par Fabien Ontoniente pour son long-métrage « Camping »… Pas loin, donc, de ces aires envahies par la foule se trouve un lieu méconnu, calme, hors du temps, des esthétiques et des modes : la Salie Sud.

20110708-141038.jpg

La Salie Sud c’est d’abord une plage face aux vagues violentes de ce brutal océan Atlantique qui borde la Côte d’Argent. Une plage qui se mérite, tout au bout d’un long chemin de bois qui traverse la mer de pins, l’infini des dunes avant de mener, enfin, à la mer, la vraie, dans toute sa somptuosité. La Salie Sud, imbaignable, un peu hostile, ponctuée de son célèbre wharf qui mène au large les eaux usées du Bassin d’Arcachon (oui, beurk, les écologistes s’en émeuvent depuis des années), est forcément un peu vide… Seulement peuplée de surfeurs. Des surfeurs partout. Des surfeurs de tous les âges, enfants accompagnés de leurs professeurs, dompteurs de vagues expérimentés et un peu babos, festival de mèches blondies par les flots et de combinaisons à demi-baissées sur des tatouages ethniques… « Point Break » n’est pas bien loin.

Même si l’on ne surfe pas, la plage de la Salie Sud vaut la balade. C’est beau, c’est grand, vide à perte de vue… Et même si parfois « ça sent Facture » (du nom de la ville proche qui accueille une usine de pâte à papier assez odorante), il faut aller à la Salie Sud. Pour sentir un peu de la vie parallèle des habitués du Bassin, des bordelais en quête de surf et de grands espaces. Un peu de vérité locale loin des parcours touristiques.

20110708-141736.jpg

Et surtout, arrangez-vous pour rentrer de votre promenade à l’heure du repas : au pied du chemin qui mène à la plage, un repaire gastronomique pour surfeurs affamés se cache sous les pins. Ambiance à la cool, patron surfeur devant l’éternel, bonne musique, délicieux repas, loupiottes, chaises longues, sable et même un pin tout tordu que les enfants se font une joie d’escalader. Pour moi, la Salie Sud (c’est aussi le nom du restaurant), c’est ce qui se rapproche le plus de l’idée que je me fais des restos là-haut, au Paradis… Allez-y !

La Salie Sud est située sur la commune de La Teste de Buch (comme la célèbre dune du Pyla), découvrez-la !

2

Voyage gastronomique en Turquie

Filed under Adresses gourmandes, Pays à découvrir
No Gravatar

Ah les saveurs de l’orient… Même si la Turquie reste très proche de l’Europe que nous connaissons, elle offre un dépaysement gustatif des plus surprenant. Nous connaissons tous les fameux kebabs et possédons tous une adresse préférée ou déguster le meilleur de ces plats à emporter ou à manger sur un plateau, au milieu de frites grasses et brillantes. Vous pouvez oublier dès maintenant cette adresse car une fois la gastronomie Turque découverte, vous vous rendrez compte que l’on est loin de l’insipide sandwich que vous jugiez le meilleur des meilleurs..

Les kebaps, incontournables

Déjà, on ne dit pas kebab, mais kebap… Et ensuite, il en existe de nombreuses variantes. Epicés (Adana kebap, du nom de la région / ville du sud de la Turquie) ou plus doux (Urfa kebap), ni l’un ni l’autre ne surpasse en ce qui me concerne le roi des kebaps, que dis-je, l’empereur des brochettes d’agneau, l’Iskender Kebap, autrement dit, le kebap d’Alexandre (« Le Grand », évidemment). C’est très simple, évitez à tout prix les gargotes pour touristes de Sultanahmet à Istanbul et cherchez systématiquement un petit restaurant dans les rues perpendiculaires aux grands axes, voire dans de petites ruelles fréquentées uniquement de locaux. C’est ici que vous trouverez les meilleurs kebaps.

Le çay, boisson nationale

Cultivé sur les rives de la mer noire, notamment Rize, une ville ayant donné son nom à une marque de thé, le çay est un thé noir érigé au rang de boisson nationale. La aussi incontournable, le çay vaut presque rien et vous sera offert à n’importe quelle occasion. Il est préparé dans une théière à deux étages, celui du dessous étant utilisé pour faire infusé le thé, l’étage du dessus étant rempli d’eau chaude seulement, pour couper le thé lorsqu’il est servi dans de petits verres à col. Généralement servi avec deux petits sucres carrés, son goût varie en fonction de la quantité d’eau chaude mélangée avec le thé infusé. Il n’est pas rare d’en consommer plusieurs dans une journée. J’ai rencontré certains turcs m’ayant avoué en boire une quinzaine chaque jour…

Si vous n’aimez pas le thé, qu’à cela ne tienne, le café est turc est réputé pour sa force et sa puissance. Il est généralement bouilli dan l’eau à plusieurs reprises et servi avec le marc. Cardiaque s’abstenir :-)

Les vendeurs ambulants

La gastronomie turque est aussi faite de nombreux vendeurs ambulants, proposant de petits plats à déguster sur le trottoir, en allant au travail ou au bord du Bosphore pour les plus stambouliotes d’entre nous. Au premier lieu  de ces mets ambulants, nous trouvons le simit, délicieux cercle de pain au sésame, il se déguste à tout moment de la journée et presque sans fin. préférez les tout de même la matin, ils sont bien meilleurs frais. Vous en trouverez à tous les coins de rue, certains vendeurs transportant un immense plateau sur leur tête et criant à qui veut l’entendre le nom de leur fabuleux pain. 25 centimes d »euros le petit pain, vous ne pouvez visiter la Turquie sans en trouver un sur votre chemin.

Mais il n’ya pas que les simits. De nombreux vendeurs poussent des charrettes remplies de fruits frais et fruits secs. Il est par exemple aisé de trouver des pastèques ou des jus d’orange à même le trottoir. Noix de cajou, cacahuètes, graines de tournesol font aussi partie du paysage et sont généralement les reines de l’apéritif, le tout arrosé d’une Efes, la fameuse (et quasi seule) bière turque. Il vous sera également très facile de trouver des vendeurs de marrons chauds ou des épis de mai,s grillés ou cuits à la vapeur… Un délice…

En savoir plus »

0

Idée week-end : qui a dit que les Anglais ne connaissaient rien à la cuisine ?

Filed under Adresses gourmandes, Ville à découvrir
No Gravatar

Nos voisins de la perfide Albion sont bien souvent raillés pour leurs goûts douteux en matière culinaire. Et pourtant, une escapade à Londres peut être l’occasion de faire voyager ses papilles… Voici donc quelques idées pour un week-end gourmand dans la capitale anglaise…

Les take away

Borough Market, Londres © WordRidden

Borough Market, Londres © WordRidden

Pas forcément le plus incontournable des take away, le fish & chips n’en est pas moins une institution, notamment dans les quartiers périphériques et populaires de la ville. Éventuellement à tester. Force est de constater que les Anglais mangent de tout et à toute heure. Il ne sera donc pas très difficile de trouver de quoi vous sustenter. Pour son ambiance et ses produits frais et tout autant pour ses snacks, le Borough Market est une très bonne adresse pour déguster un sandwich et goûter quelques spécialités du monde entier.

Underground restaurants

Londres est sans nul doute l’une des villes les plus fournies en underground restaurants. Le principe est simple, des amateurs (ou des professionnels) vous ouvrent leur salon et leur appartement le temps d’un repas. Un restaurant à la maison (mais pas la vôtre). Les prix peuvent être quelque peu élevés mais c’est l’occasion de faire de très jolies rencontres et de passer une soirée inoubliable et complétement hors du commun.

En savoir plus »

1

Top 10 des plats à goûter à Osaka

Filed under Adresses gourmandes, Ville à découvrir
No Gravatar

Tous les experts sont d’accord : vous séjournerez à Tokyo pour sa vie nocturne, vous découvrirez Kyoto et son côté « Japon traditionnel », mais si vous allez à Osaka, ce sera pour sa gastronomie . Venez affamés, la ville n’étant pas surnommée la « cuisine de la Nation » pour rien. Voici, une liste des dix principales spécialités culinaires de la région d’Osaka que vous devez impérativement goûter.

Une enquête culinaire signée Eva.

1. Takoyaki

Takoyaki © Wikipedia Commons

Rien ne définit plus Osaka que ces mini-chiens dressés et habillés comme des pomp-pom girls… rien… sauf peut-être le takoyaki. Ce plat, typique de la « street food » est la quintessence même d’Osaka. Le takoyaki, c’est un beignet de poulpe, tout rond – croustillant à l’extérieur, crémeux à l’intérieur, marqué par la chair ferme de la pieuvre. Ce plat est servi avec des algues, des flocons de bonite séché (c’est un poisson),  de la sauce barbecue japonaise, des oignons verts et de la mayonnaise. Harponnez vos takoyaki avec un cure-dent et prenez garde : ce plat est servi extrêmement chaud.

2. Okonomiyaki

Okonomiyaki © Wikipedia Commons

En japonais, « yaki » signifie grillé et « okonomi » veut dire « comme tu le souhaites ». Quelque part entre une omelette et une crêpe, l’okonomiyaki est composé à partir d’une base d’oeufs, de chou et de farine. Les ingrédients d’un okonomiyaki, à la mode d’Osaka, sont tous mélangés ensemble avant de passer sur le gril.
Pour la garniture, vous avez le choix : fruits de mer, porc, fromage, kimchi, nouilles soba (modanyaki)… A vous d’imaginer la combinaison idéale, tout – ou presque – est envisageable ! Votre choix fait, l’ensemble est grillé sous vos yeux, à votre table, et agrémenté de la sauce okonomiyaki de votre choix, d’algues et de flocons de bonite séché et/ou de mayonnaise.

En savoir plus »

0

Parenthèse enchantée dans un estaminet belge

Filed under Adresses gourmandes
No Gravatar

Il y a quelques semaines, je passais le week-end avec compagnon et progéniture chez un couple d’amis lillois, eux-même pourvus d’enfants. Quand arriva le dimanche ensoleillé, ils nous proposèrent une virée en Belgique toute proche, pour déjeuner dans un estaminet.

Estami… quoi ?

« Un estaminet ? » Bien que le mot ne nous soit pas totalement étranger et que nous soyons allés plusieurs fois outre-Quiévrain (mais à Bruxelles, uniquement), nous étions toujours passés à côté de cette institution flamande.

Un estaminet, donc, c’est une auberge typique des Flandres nous ont expliqué nos amis. Une auberge chaleureuse, souvent campagnarde, un peu brute de décoffrage, sombre avec des tables en bois et de chouettes voisins paillards. C’est le paradis des bières belges et des planches qui mêlent fromage, pain et charcuterie.

Vue de Bailleul depuis son célèbre beffroi © http://www.montsdeflandre.fr/

Vue de Bailleul depuis son célèbre beffroi © http://www.montsdeflandre.fr/

Et hop ! En Flandres !

Nous voilà donc en voiture, quittant vite Lille, arrivant vite à Bailleul pour un premier choc visuel et architectural : toujours en France, nous sommes déjà en Flandres. Fenêtres crénelées, toits pentus, Grand’Place… presque totalement détruite pendant la Première Guerre Mondiale, la ville a été reconstruite dans un style néo-flamand (comme Ypres et Bruges). Résultat : on se croirait dans un film. Et nous, parisiensacharnés, nous sommes extatiques. Mais nous n’avons rien vu !

En savoir plus »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

MON PLAN DE VOYAGE

0

endroits ajoutés à

comment faire?